Nous avions un rêve

Résumé de l’éditeur : Et si l’Amérique élisait un vice-président noir ? Des années avant Barack Obama et Donald Trump, Jake Lamar imagine une situation parfaitement effrayante mais tout à fait plausible. Dans une Amérique dystopique, la guerre contre le crime et la drogue a conduit le pouvoir à ouvrir des camps de rééducation pour les toxicos et à multiplier les condamnations à mort, qui font l’objet d’un show tél évisé. L’instigateur de cette croisade de la vertu, l’Attorney général Melvin Hutchinson, est en passe de devenir le premier vice-président noir de l’histoire américaine. Mais Hutchinson est un homme complexe qui cache un lourd secret… Blurb d’Alain Mabanckou.

Ministre de la justice, aux Etats-Unis, l’Attorney général Mitch Hutchinson est monté rapidement dans les papiers des politiques car il symbolise le travail et la réussite que beaucoup souhaiteraient avoir. Il a surtout des positions très tranchées sur la peine capitale et n’hésite pas à mettre ses propres convictions en avant. Hutchinson n’est il pas l’homme qui a mis en place les Centres de Rééducation des Toxicomanes, afin de les réinsérer dans la société, au prix d’une discipline militaire de fer. Mais il est également farouchement attaché à la peine de mort. Sa réputation est sans tache. Il est celui qui peut nettoyer le pays de tous les délinquants et contrevenants. Ainsi, lorsque le vice président Vin Ewell, et par ailleurs un rival de Hutchinson, se retrouve dans le coma suite à un malaise, Hutchinson est celui à qui tout le monde pense pour le remplacer. Mais dans cette dystopie proposée par Jake Lamar, tout n’est pas aussi simple, une carrière toute tracée, une belle réussite, une montée au sommet. Hutch aurait pu faire tout cela ! Mais l’auteur en a décidé autrement. Hutch a des points faibles que le lecteur va découvrir au fur et à mesure de sa lecture. Sa nièce Emma, qui essaie de percer dans la photographie et qui peine en parallèle à s’épanouir dans sa vie personnelle. Être noire et vivre avec un homme blanc dont la mère est raciste sans vouloir l’admette ça n’est pas toujours facile. Emma est circonspecte. Mais ce que Hutch a oublié ou dissimulé au fond de sa mémoire c’est une relation charnelle qui va l’amener à se poser en premier contradicteur des mesures qu’il a lui même mises en place. Exécuter les gens en public ou les enfermer sans se soucier des conséquences, est-ce bien la bonne méthode ? Quid des inégalités encore vives entre Blancs et Noirs dans ces Etats-Unis qui n’ont toujours pas trouvés un apaisement souhaitable. L’auteur nous embarque dans des histoires parallèles qui prennent sens au fil du roman. Parfois de lecture difficile, Jake Lamar garde un objectif qu’il tient jusqu’à la dernière page. C’est une histoire passionnante sur des États-Unis imaginaires, mais finalement pas très différents de ceux qu’on connaît. Une petite pépite de roman politico-noir au cœur de la machine judiciaire et sociale de la (toujours) première puissance mondiale.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close