La Couleur du silence

Résumé de l’éditeur : Ora Lee Beckworth était loin de se douter que son quotidien basculerait durant l’été 1976. À Mayville, dans le Sud de la Floride, le racisme a la peau dure. Alors qu’Ora engage un vagabond afro-américain que les enfants du coin surnomment M. Pecan, son entourage s’en inquiète. Surtout Blanche, sa gouvernante, elle-même afro-américaine. Car s’il est alcoolique, il n’en demeure pas moins doux et gentil notamment avec les filles de Blanche. La petite bourgade s’enflamme lorsque le corps du fils du shérif est retrouvé poignardé dans la forêt, non loin du campement de M. Pecan. Il est accusé du meurtre sans la moindre enquête. Mais Ora Lee est la seule à connaître la vérité. Vingt-cinq ans qu’elle la porte comme un fardeau écrasant. Et il est temps pour Miss Beckworth de raconter la tragique histoire de cet été à Mayville.

L’intrigue se situe en Floride, au sud-est des Etats-Unis, au milieu des années 70, une période fortement marquée par le racisme. L’amitié entre les deux femmes, pourtant aux antipodes de l’une de l’autre, est aussi forte que surprenante. Eloignées par leurs conditions sociales, elles sont soudées par un secret. Ce roman est poignant, mais se lit avec aisance, sans lourdeur. La toile de fond historique est saisissante et les sujets abordés sont douloureux : crime, racisme, injustice, viol etc. La société de cette époque est parfaitement décrite, avec les codes et les conventions qui rappellent à tous de ne pas sortir du cadre. La mentalité ségrégationniste des habitants de cette petite bourgade est bien transcrite. Le style est fluide, épuré et ne s’encombre pas de longues descriptions. Globalement, les deux protagonistes, Ora Lee et sa gouvernante Blanche, sont attachantes et pleines de bons sentiments, mais elles manquent un peu d’épaisseur psychologique face à tous les événements qu’elles traversent. Seule Miss Beckworth exprime ici son point de vue, ses souvenirs, et il aurait sans doute été intéressant d’avoir un roman choral compte-tenu de l’intrigue. Un bon roman d’évasion, qui aurait pu être un excellent roman historique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close