Enquête aux jardins : Les pommes de l’apocalypse

Résumé de l’éditeur : Emma et Lucas, désormais enquêteurs de la très secrète guilde des Jardins du Roi, suivent un entraînement très serré pour parfaire connaissances botaniques et aptitudes au combat. Leur vieil ami et mentor, Jean-Marie James Ecolloyd alias JMJ, leur propose de participer à l’élaboration d’une grande exposition internationale sur le fruit le plus consommé au monde : la pomme. À l’invitation du Jardin des Plantes de Rouen, qui pilote ce travail scientifique de haut vol, les deux adolescents profitent donc de leurs vacances de printemps pour intégrer une prestigieuse délégation de chercheurs venus du monde entier.Mais la proposition de Jean-Marie James est-elle aussi « innocente » que cela ? Ou cache-t-elle une mission clandestine visant à comprendre les causes d’un mal étrange qui frappe les vergers normands les uns après les autres ?Accompagnés de JMJ et de son comparse Aristote Théophraste dit Aris’ le Dingue, les deux adolescents vont se retrouver pris entre plusieurs feux et éprouveront les limites du courage et de la trahison.Un polar en tension servi par un style enlevé, qui revient sur les grands enjeux de la sauvegarde de la biodiversité et du vivant.

Avec Les Pommes de l’apocalypse, on poursuit la lecture des Enquêtes aux jardins avec le même plaisir que le premier opus, même si je pense que l’on peut lire aisément le second volume indépendamment du précédent. Cette enquête palpitante démarre in medias res et n’est jamais dénuée d’humour. Le roman peut s’adresser aux jeunes adolescents car tout est bien clair, les notions sont bien expliquées et dans l’ensemble le roman ne présente pas d’aspérités particulières, bien qu’il aborde des questions environnementales de fond. L’histoire est bien ficelée, les personnages ont une belle étoffe et sont toujours très attachants. Nos deux héros ont encore gagné en maturité et c’est très inspirant. Les rebondissements ne manquent pas et les valeurs véhiculées sont nobles car on porte un regard neuf sur l’environnement et la biodiversité, sujet si sensible à une époque où le profit règne en maître ! L’enquête respecte bien tous les codes du roman policier, mais s’étend aussi au roman d’aventure. Il me tarde de me plonger dans le dernier tome de la trilogie. Le visuel, signé Gildas Joulain, est encore superbe avec des camaïeux de bleus. Le style de Guillaume Le Cornec est fluide, le format choisi est agréable et la mise en page est soignée. N’oubliez pas de lire la postface passionnante de Marc-André Selosse. Un roman savoureux à offrir et à s’offrir sans hésiter pour une somme plus que raisonnable. Encore une belle réussite qui me donne envie de découvrir rapidement la suite…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close