Mon Cœur restera de glace

Résumé de l’éditeur : Il existe au cœur du cœur de la forêt un endroit où vivent les sapins les plus anciens, protégés du vent comme de l’exposition au soleil, de la pluie, de la neige. Protégés aussi du regard des hommes. Une combe lointaine et tempérée qui fut un jour une frontière infranchissable devant laquelle l’enfant s’était dit « Quand je serai grand, je vivrai là. ». Dans ces bois du fin fond de la Corrèze, un jeune garçon trouve refuge en 1918, en compagnie de son frère, une « gueule cassée ». Une guerre plus tard, des soldats allemands s’y enfoncent, sur les traces d’une de leurs unités disparues. Ces mêmes arbres que l’on retrouve en 2020, peints sur les murs de la chambre d’hôpital d’un vieillard allemand. Aujourd’hui le vieil homme va parler. Révéler le secret de cette forêt qui ébranlera bien des existences, bien des certitudes. Bien des familles. De 1918 et 1944 à 2020, Mon cœur restera de glace couvre un siècle de guerres fratricides. Ce roman noir, qui explore les destins d’individus ordinaires perdus aux carrefours de l’histoire, est aussi le roman de la beauté face à la violence. De ces fleurs qui poussent sur les champs de bataille.

Éric Cherrière n’a plus besoin d’être présenté, un virtuose a qui l’on fait immédiatement confiance à la parution d’un nouveau roman. Le visuel brumeux cultive savamment le mystère et donne envie de se plonger dans ce roman. Cette fois, il s’attaque au devoir de mémoire et dévoile la barbarie dont sont capables les hommes. L’intrigue se déroule à trois périodes différentes : en 1917, en 1944 et en 2020. La toile de fond historique invite a une réflexion profonde sur le conflit franco-allemand qui laissera son empreinte jusqu’à nos jours. L’écriture est parfaitement maîtrisée malgré la complexité de la trame et l’âpreté du propos. C’est violent, difficile et le suspens est haletant, presque insoutenable. Tout est habilement construit, c’est ambitieux et atypique, mais réussi avec brio. Les chapitres sont globalement courts et toujours bien calibrés. Le vocabulaire est toujours bien choisi. Ne cachons pas que l’ensemble est dur et l’âme humaine est parfois poussée dans ses derniers retranchements, jusqu’à sombrer dans la folie. Une fois averti, on ne peut qu’apprécier ce texte à sa juste valeur ! Un roman noir publié en poche à découvrir absolument et à partager sans hésiter à tous les passionnés de romans historiques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close