Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

L’énigme de Saint-Olav

Résumé de l’éditeur : Tallinn, 1409. Sur les hauteurs de la ville, les chevaliers teutoniques incarnent une aristocratie en fin de règne, tandis que la ville basse de Tallinn brasse une population métissée et contrastée. On y croise orfèvres, compagnons maîtres chanteurs, marchands de l’ordre des Têtes-Noires et chefs de guildes, dans l’activité bouillonnante du port de commerce de la Hanse. Un haut responsable de l’ordre des chevaliers est retrouvé décapité à la porte du monastère, une épée ensanglantée abandonnée à la hâte sur le chemin de la ville basse. Le bailli fait appel à son fidèle ami Melchior, l’apothicaire, réputé pour son ingéniosité. Courtisé pour une liqueur de sa fabrication, Melchior est un esprit éclairé au sein d’un monde obscurantiste et naïf. Il faudra toute sa perspicacité pour démêler « l’énigme de Saint-Olav ». Un polar médiéval envoûtant.

Tallinn, Estonie, début du 15ème siècle. La ville est divisée en deux peuples distincts, sur les hauteurs, Toompea, où réside l’Ordre, des Chevaliers teutoniques protecteurs de la ville ; et la ville basse quant à elle est plus cosmopolite avec ses marchands, dont font partie la confrérie des Têtes-Noires, avec ses orfèvres, ses prêtres, ses brasseurs et tous ceux qui rendent une ville dynamique et vivante, même en 1409.
Melchior fait partie de ces habitants qui participent à la vie de la ville Basse. Il est apothicaire et ses remèdes font le bonheur de nombre de ses concitoyens.
Un jour, il se voit, une nouvelle fois, sollicité par le bailli de la ville, ancêtre de nos hommes de justice, pour résoudre une affaire de crime peu commune. En effet, le chevalier Clingenstain, haut membre de l’Ordre de Toompea, a été retrouvé décapité dans des circonstances troublantes. Le bailli, à qui la lourde tâche de résoudre cette affaire a été confiée, est désemparé et se tourne vers son ami Melchior qui a déjà prouvé par le passé qu’il avait des dons certains pour la résolution d’affaire. Les personnages sont nombreux et sans un travail de concentration réel on pourrait s’y perdre. L’intrigue est bien ficelée et on retrouve les codes des enquêtes de Colombo ou d’Hercule Poirot, notamment lors du dénouement.  Rapporté à une enquête du XVème siècle bien sûr. L’enquête se déroule en quelques jours à peine et les indices qui mèneront à la résolution  sont judicieusement distillés tout au long du récit. C’est bien sûr Melchior qui en donne la primeur mais en étant attentif il est possible de suivre le même raisonnement que lui.
Une enquête médiévale originale qui ne manque pas d’intérêt et de finesse.
On regrette toutefois quelques longueurs descriptifs dans le récit, qui certes enrichissent nos connaissances des personnages mais font peu avancer l’intrigue.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close