Snap Killer

Résumé de l’éditeur : La fascinante commissaire Clara di Lazio (Stabat Murder) est l’héroïne du nouveau roman de Sylvie Allouche !  Un élève de terminale est retrouvé mort un dimanche à l’aube, pendu par les pieds à une branche de platane, au milieu de la cour de son lycée. 980 élèves suspects, sans compter le directeur, les profs et le reste du personnel, l’enquête s’annonce complexe. Pourquoi le meurtrier a-t-il pris le risque fou de cette mise en scène ? Y a-t-il un lien entre ce meurtre et le suicide d’une élève de seconde, victime d’un harcèlement brutal sur les réseaux sociaux quelques mois plus tôt ? Pour la commissaire Clara Di Lazio et son équipe, aucun indice ni aucune piste ne sont à négliger.

Le thème du harcèlement scolaire est d’une triste actualité et il est traité avec force et délicatesse dans ce roman puissant de Sylvie Allouche : « Harceler, humilier, persécuter, malmener, c’est avoir un pouvoir absolu sur l’autre » (p.185). La fluidité de son écriture, ponctuée par des références aux classiques du cinéma puis à la poésie, donne une vraie plus-value au texte, déjà très poignant. Le roman s’ouvre sur l’histoire de Garance, une jeune adolescente de Seconde poussée au suicide… J’ai immédiatement adhéré à l’intrigue et c’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé le commissaire Clara Di Lazio pour cette nouvelle enquête : « Le cybercrime n’existe pas seulement dans les films ou dans les livres. Elle pensait ne jamais y avoir affaire, elle se trompait. Il peut atteindre n’importe qui, n’importe quand. Quel que soit le milieu social » (p.185). À peine remise de la mort brutale de Garance, c’est Gabriel, un élève de Terminale cette fois qui est retrouvé un dimanche matin, pendu par les pieds, dans la cour de son lycée. Il a visiblement été torturé et abattu par un coup porté à la tête. Tout le monde est sur le qui-vive. Tout le monde devient suspect ! Élèves comme enseignants… Quel lien peut-il y avoir entre les deux élèves ? Très vite, le rythme s’accélère, les rebondissements et les fausses pistes s’enchaînent et, enfin l’étau se resserre… L’équipe de la commissaire va s’emparer des témoignages des lycéens pour comprendre comment des adolescents sans histoires sont devenues des victimes broyées par le cyberharcèlement. L’auteure a le mérite de mettre en lumière le dispositif Sentinelles et Référents qui existe réellement pour lutter contre le harcèlement. Ce roman social extrêmement sensible et réussi a obtenu le Prix Cognac du meilleur roman jeunesse et il est largement mérité ! Un grand bravo pour ce roman.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close